Edito #53

Jean-Pierre Arniac et Allen Toussaint. Courtesy of Louisette Arniac

Voici le premier numéro d’ABS Magazine online qui – vous pourrez en juger – s’inscrit dans la continuité et dans l’esprit du travail effectué depuis 16 ans avec la version papier. Nous souhaitons toucher un public plus large et échanger avec l’ensemble des pays, puisqu’il est désormais possible, grâce aux outils disponibles sur le web, de traduire rapidement et assez justement les textes.

Chaque mois, vous pourrez lire un article de fond, un portrait ou une interview concernant le blues, la soul, le gospel, le rhythm’n’blues ou le zydeco. Mais aussi, en fonction de l’humeur, des articles qui s’inscrivent dans les rubriques que les lecteurs fidèles d’ABS Magazine connaissent bien : « autour d’un disque », « jazz me blue », « golden vinyls », etc, par les auteurs qui vous sont désormais familiers. Bien évidemment, l’intérêt de ce format et de cette rythmicité est aussi de vous faire découvrir disques, livres et DVD, de manière plus précoce qu’avec notre ancien format, et parfois joindre aux articles de la vidéo. Pour démarrer ce premier numéro online, c’est un nouveau venu dans l’équipe d’ABS Magazine – Victor Bouvéron (correspondant en Caroline du Nord) – qui ouvre le bal avec un article sur un personnage haut en couleur : Freeman Vines.

Nous avons reçu beaucoup de messages chaleureux de lecteurs courant décembre et janvier et de remerciements pour l’aventure que nous avons partagée à travers notre magazine papier durant 16 ans. Cela nous a énormément touchés. Je souhaite aussi à mon tour remercier l’ensemble des auteurs d’ABS Magazine au démarrage de cette nouvelle aventure, car ils sont tous restés soudés autour de ce nouveau projet, avec un soutien indéfectible.

Il en manquera malheureusement un parmi nous. La dernière fois qu’il m’a parlé au téléphone, il a commencé à m’engueuler, comme souvent, parce que je n’avais pas mis une virgule au bon endroit dans une discographie ! Les coups de fil commençaient souvent comme ça… Puis, comme à chaque fois, son amitié, sa gentillesse et sa générosité, prenaient le dessus. On ne parlait plus alors que de soul, de blues, de rugby, du Pays Basque, de la vie, de manière intarissable, jusqu’à refaire le monde… Il se savait gravement malade, mais la pudeur lui interdisait de s’étendre sur le sujet. Jean-Pierre Arniac (ancien patron avec Jacques Périn du magasin de disques Boogie à Levallois-Perret, photographe, collaborateur historique à Soul Bag), nous avait fait l’honneur d’écrire épisodiquement dans ABS Magazine ces dernières années, auteur notamment d’excellentes discographies, une autre de ses passions. Il nous a quittés et nous pleurons tous un type formidable, un ami. Ce premier numéro d’ABS Magazine online lui est évidemment dédié. Nous pensons très fort à son épouse, Louisette, ainsi qu’à toute sa famille.


Marcel Bénédit

 

4 Comments

  1. Décidément, encore un Jean-Pierre qui s’en va…. Félicitations marcel et benoit et toute l’équipe. Je pense à vous, marina

  2. J’avais « découvert » l’existence d’ABS magazine en 2015, lors du « Volcanic blues festival », et sa présentation exceptionnelle, ainsi que la densité et la pertinence des articles, avaient aussitôt fait prendre un abonnement (le 4ème dans ce genre) au vieux fan pratiquant de blues qui avait mené une vie de noctambule en 1980 à Chicago, y rencontrant, entres autres, Big Walter, Sunnyland Slim, Willie Dixon, The Aces…
    Pour un poète qui vit environné de livres (qu’on peut emporter avec soi partout, prêter, échanger), son édition au Net est vécu comme une perte, même si l’avantage est d’y disposer de nouvelles à jour, mais les deux pouvaient cohabiter ! L’un, hélas, ne remplacera pas l’autre. AMBROISE

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*